This War Of Mine

This War of Mine

Nope, nouvel article axé jeux vidéo mais toujours pas sur mon jeu de l’année 2016. Je ne préfère même pas aborder celui de 2017.

Je suis tombée sur This War Of Mine complètement par hasard. De la même manière que sur Netflix, on erre de série en série, à la recherche de la pépite de l’année, au point de passer plus de temps dans la section recherche que devant une série, je regardais distraitement la liste de jeux accessibles depuis le compte de mon mari. Le titre m’a intrigué, et après l’avoir questionné puis consulté mon amant Big Brother, j’ai eu envie de le tester.

Si vous aimez les jeux de survie mes kikis, y a moyen que vous kiffiez celui-là. On parie ?

L’histoire

Contrairement à ce que peux laisser présager le titre, This War Of Mine n’est pas un jeu de guerre type FPS mais un jeu de survie. Comme tout bon jeu dans le même style, vous devez survivre à différents dangers, dangers liés directement aux changements qu’apporte une guerre (genre la violence et la mort).

L’histoire se situe à Pogoren, capitale de l’Ultraznavie. La ville est assiégée par l’armée, les rues et maisons sont détruites pour la plupart et forcément, des milices rebelles grouillent de toutes parts, prêtes à latter le cul des habitants. Le bruit des tirs et bombardements rythment vos journées, remplaçant les musiques et émissions télévisées habituellement écoutées par les habitants.

Les faits rappellent à raison le siège de Sarajevo, lors de la guerre de Bosnie, puisque les concepteurs eux-mêmes avouent s’en être inspirés lors de l’élaboration de This War Of Mine.

This War Of Mine - gameuze

On incarne un groupe de civils, réunis par les circonstances (l’adage « on est plus fort ensemble » se vérifie ici). Il est possible de choisir les personnages qui composeront notre groupe de survivants, chacun ayant sa propre histoire, capacité, sensibilité et addictions (fumer) ou d’autres petits plaisirs tels que se branler, lire ou jouer de la guitare.

Autant vous dire qu’entre la guerre, la famine, les vols, les meurtres (les viols même si pas abordés) et autres joyeusetés, les plus fragiles auront très vite fait de mettre fin à leur jour. Oui, ça m’est arrivé et ce crétin suicidaire a par son geste, flingué le moral de mes autres survivants, survivants qui ont fini par le rejoindre dans la tombe. Les petites catins.

Gameplay

Jeu axé point & click, vous devez interagir sur l’environnement qui vous entoure, après avoir sélectionné votre personnage, pour lui attribuer une tâche comme déblayer le terrain, ouvrir une armoire, cuisiner, dormir, etc.

Le choix des survivants est important dans la survie et a une incidence directe sur la difficulté du jeu. Si Katia excelle en négociations, Bruno lui est un bon cuisinier et vous permet de réaliser des économies d’ingrédients (croyez moi qu’en temps de guerre, aussi morfale que vous êtes, vous aurez vite tendance à faire votre crevard sur les quantités).

D’autres personnages auront plus de facilité pour fouiller et transporter des marchandises, très utile lorsque vous serez amené à explorer les différentes zones qui entourent votre habitation.

Le jeu se passe en deux parties :

  1. La journée, où vous pouvez vous reposer, cuisiner, créer des médicaments, améliorer votre habitation et parler aux habitants de passage. Ces derniers viendront soit pour échanger des produits avec vous (nourriture, eau, bois & co) ou bien vous demander de l’aide. Libre à vous d’accéder ou non à leur requête mais sachez que chacune de vos décisions aura une incidence sur le jeu. Si vous refusez d’aider une mère de famille, seule avec ses enfants, pour protéger sa maison, vos coéquipiers ne le vivront pas forcément bien et culpabiliserons. Par contre, si vous aidez cette famille, cette dernière sera peut-être reconnaissante en vous récompensant. Cependant, cela veut également dire que vous vous priverez d’une personne pendant 24h. Dit comme ça, c’est rien, mais lorsque chaque personnage est associé à une tâche, ça peut très vite devenir problématique.

 

  1. Le soir, seul un de vos personnages pourra se prendre pour Dora et partir à l’exploration. Pendant que vous le dirigerez, les autres seront occupés à dormir ou surveiller votre refuge de toutes intrusions non désirées (plus le temps passera et plus les attaques seront fréquentes, d’où la nécessité d’être au minimum deux pour assurer vos arrières). Ces expéditions ne sont pas sans dangers, bien au contraire. Selon l’endroit choisi, vous risquerez de tomber sur des rebelles, l’armée, des délinquants… Autant vous dire que dans ces situations, jouez vraiment profil bas. Un choix éthique sera également de la partie lorsque vous fouillerez des zones moins dangereuses (maison abandonnée, maison d’un couple âgé, etc…).

This-War-of-Mine_04

Pour connaitre l’avis de vos survivants sur vos décisions, il vous suffira tout simplement de consulter leur biographie. En plus d’en apprendre plus sur eux, vous saurez ainsi s’ils approuvent ou non le vol ou meurtre commis la veille. Bah oui, même s’ils sont reconnaissants de pouvoir se goinfrer grâce à vous, ça veut pas dire pour autant qu’ils sont jouasses à l’idée de jouer les fils de catins.

Impossible de parler ou d’avoir un dialogue avec les autres survivants, This War Of Mine restant un jeu de survie axé sur la réflexion, il mise aussi sur la stratégie, votre calme et vos capacités à prendre les bonnes décisions. N’espérez pas accélérer le temps pour passer les actions plus rapidement, vous vivez au même rythme qu’eux, si ce n’est que vous pouvez décider de passer directement au soir lorsque vous avez terminés vos actions en journée. Relou mais on finit par s’y faire.

Pour garder le moral de votre troupe en forme, il est important de surveiller les états d’âme et les petites bulles de discussions qui popent au-dessus d’eux. Sérieusement, ne les négligez pas ou vous courrez vite au suicide collectif.

Café, cigarettes, guitare… C’est tout con, mais en temps de guerre, ce que l’on pense comme étant acquis et « banal » car des objets du quotidien, deviennent vite des trésors de guerre essentiels au maintien de votre moral. Même chose pour le lit, car au début de l’aventure, vos survivants dormiront à même le sol ou assis sur une chaise pour le plus chanceux.

Petite remarque, ces objets, tout comme les médicaments ou l’alcool qu’il faudra apprendre à créer soi-même serviront également de monnaie d’échange. A vous de voir ce qui compte le plus entre un rouleau de PQ et une clope.

This War of Mine

La radio sera votre seul élément vous permettant de rester en contact avec le monde extérieur et donc, de connaitre l’avancement de la situation, combien de temps encore à tenir sous les bombardements.

Le jeu ne se joue pas en coopération, probablement pour mieux vous immerger dans le jeu et la vie d’un citoyen en zone de guerre. Cependant, petit bémol, si vous aimez jouer et aller sur votre navigateur (ou autre) de temps en temps lors de vos cessions de jeu, évitez. Il n’appréciera pas et vous le fera sentir.

J’ai, je pense, tout testé et quel que soit le mode de jeu (fenêtré ou non), This War Of Mine crash si je m’amuse à aller voir Google.

La difficulté tient donc en votre capacité à survivre jusqu’à la fin de la guerre en « exploitant » au mieux les qualités de votre groupe. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, se composer une équipe de « gros dur » ne vous garantira pas une victoire assurée, raté. L’impossibilité pour eux de coucher avec la gente féminine les mènera tout droit au suicide collectif. Encore.

Plus sérieusement, lors des premiers jours, votre objectif se résume en trois points : manger, dormir, sécuriser la zone. Pour ça, on en revient à la seconde partie du jeu, où vous devez partir en expédition sans être certain d’en revenir indemne, avec le fruit de votre récolte.

Si vous débutez le jeu en plein hiver, attendez-vous à morfler et dépenser énormément  de matériaux pour garder une température stable. Le cas échéant, cela aura un impact sur votre moral et pire, la santé du groupe. Vous le sentez venir le suicide collectif ?

Inutile de les exploiter comme on pourrait exploiter un Sims. Un survivant malade ou en manque de sommeil sera lent et déprimé. Mieux vaut répondre à ses besoins avant de l’emmener vadrouiller ou améliorer votre maigre confort.

Enfin, à la manière de Don’t Starve, bien que l’objectif reste le même, aucune partie ne se ressemble vraiment.

Petit détail qui a toute son importance : ne comptez pas sur les sauvegardes manuelles. A part celles automatiques qui se lancent au gré des jours qui passent, n’espérez pas faire des petits tests en vous disant que bon, si Ducon se bute pour la deuxième fois consécutive, vous pourrez toujours revenir en arrière. Techniquement, vous pourrez… En recommençant une nouvelle partie.

Graphisme

Jeu de type point & click, le style graphique rappelle furieusement Deadlight, autre jeu mais plus axé action et plates-formes. Les coups de crayons mettent en avant une ville ravagée par la guerre. Personnellement, j’aime beaucoup, ça représente parfaitement bien l’ambiance voulu par 11 Bit Studios. C’est épuré, sombre, glauque par moment et d’une certaine façon : beau.

This War of Mine

Bande-Son

Que dire, que dire… Simple et efficace, les musiques d’ambiances qui rythment This War Of Mine font leur taf tout en étant suffisamment discrètes pour ne pas prendre le dessus sur le jeu. Au contraire, elles aident à vous immerger et vous donnent l’impression d’être vous aussi, un rescapé cherchant coûte que coûte à survivre.

Conclusion

This War Of Mine est un bon jeu sans prétention mais qui a le mérite d’aborder le jeu de survie, maintes fois vus et revus, sous un nouvel angle. Certes, une fois le jeu terminé (au bout de plusieurs tentatives), l’intérêt d’y rejouer y est moindre mais ça ne vous aura pas empêché de passer plusieurs heures dessus. Combien ? Une bonne dizaine d’heures si vous apprenez vite de vos erreurs et comprenez le mécanisme du jeu (manger, sécuriser, sortir, dormir).

Je ne pouvais pas terminer mon article test sans vous parler du geste du studio, à savoir s’associer avec War Child, une association non-gouvernementale centrée sur les enfants vivants dans des zones de conflits. On peut d’ailleurs difficilement rater leur logo dans les menus du jeu et c’est un choix que je tenais à signaler.

Alors, tenté ou vous préférez passer votre tour ?

Rendez-vous sur Hellocoton !