Don’t Starve

Don’t Starve : prends-toi ça, nature !

Don't Starve

S’il n’est pas toujours évident de se distinguer dans la masse de jeux indépendants, Don’t Starve fait partie de ceux qui méritent d’être dans le panthéon des jeux indés qui marquent l’esprit des joueurs. Bien que sorti depuis un bon moment et présent sur mon disque dur depuis presque aussi longtemps, ce n’est que très récemment que je m’y suis mise, pour le plus grand malheur de mes heures de sommeil perdues dessus. Ça et le temps que je devais consacrer à faire des vidéos plutôt que d’écrire ou jouer, mais c’est un autre sujet.

L’histoire

Don’t Starve n’a pas de scénario à proprement parler puisque le but consiste à sauver ses fesses et ne pas rendre l’âme le plus longtemps possible. Si en journée, vous pouvez gambader presque gaiement dans le décor aléatoire qui vous servira de terrain de jeu, le soir, il est fortement conseillé d’allumer un feu de camp et de ne pas s’en éloigner -sans torche en tout cas. Le cas échéant, vous risquez d’attirer l’attention de bestioles pas vraiment aimables. N’allez pas croire que vous serez tranquille une fois le soleil levé puisque certaines n’hésiteront pas à vous courser jusqu’à ce que mort s’ensuive si vous osez les frôler de trop près. En parlant de temps, l’heure passe assez rapidement et la météo est prise en compte (pluie, orage….).

Vous débutez l’aventure avec le scientifique Wilson  (et mascotte du titre), mais vous pouvez débloquer d’autres personnages comme Willow la pyromane  déjantée ou Wolfgang, l’Homme avec un H majuscule, parce que c’est un mec, un vrai, avec des abdos là où il faut et explose quand on le pique avec une aiguille shooté à la testostérone. Chacun dispose d’une capacité spécifique à sa personnalité ou condition physique :

Wilson n’hésite pas à sauter dans un trou (ayant la bouche d’un ver géant et carnivore). Son côté scientifique le rend quelque peu téméraire, mais à vous de vous démerder pour que ces trous (des portails de téléportation) ne vous mènent pas tout droit vers la mort.

Don't starve - gameuse

Wilson, né le 11/12/13 et mort le 11/12/13 à 14h15. Il nous manquera.

 Willow déclare son amour pour le feu en déclenchant des feux de forêts de façon aléatoire ou lorsque vous vous retrouvez dans le noir, sans aucune source de chaleur.

Don't Starve - gameuse

Je crois que Willow est passée par là.

Wolfgang est plus fort et donc plus à même de botter le cul des ennemis.

Don't starve - gameuse

Ou peut être pas.

Hormis ces trois personnages, d’autres sont à débloquer. Pour cela, rien de plus simple puisqu’il vous suffit de …. mourir ! Plus vous arrivez à survivre longtemps et plus votre mort rapportera suffisamment d’expérience pour obtenir de nouvelles récompenses. Dans un sens, ça calme un peu (mais vraiment un tout petit peu) la rage que vous risquez d’avoir en mourant bêtement après avoir réussi à créer de nouveaux objets ou bien droper des matériaux rares.

Le système de craft pourrait rappeler celui de Minecraft ou Terraria, mais ce n’est pas le cas. Une fenêtre indique quels objets vous pouvez fabriquer et lorsque vous amassez de nouvelles affaires, la fenêtre s’éclaire et vous indique ce que vous venez de débloquer. Toutefois, il vous faudra créer un objet qui vous permettra de concevoir des ustensiles plus sophistiqués (un paratonnerre, une tente, un lit…).

Le style de Don’t Starve rappelle énormément l’univers de Tim Burton par son aspect gothique et un humour présent via les interactions entre vous et le décor. Chaque personnage a un avis qui lui est propre concernant le monde qui l’entoure. Cependant, de ce que j’ai pu remarquer, Wilson et Willow partage la même passion morbide pour la nature.

Don't Starve - gameuse

Comme Pink, découvrez-vous une soudaine passion pour l’écologie

Gameplay

Orienté point’n’click, la prise en main se veut rapide et facile. À vous de cliquer et d’associer ce qu’il vous semble logique de combiner. En fait, dans ce jeu, bien qu’on nous indique quels matériaux nous permettent d’obtenir tel objet, rien ne nous explique comment les obtenir. Drop ? Création ? À vous de trouver et c’est ce qui contribue à améliorer l’intérêt du jeu.

Bande-son

On sent que l’équipe derrière Don’t Starve y a mis du sien pour que les musiques collent au ton décalé et gothique du jeu. Que cela soit l’intro ou les sons d’ambiances, tout est parfaitement crédible (bruits de monstres qui rôdent aux alentours une fois la nuit tombée, de vos futurs repas des animaux sauvages, de la pluie…). Là où la boite aurait pu se planter en proposant une bande-son sympa, mais lassante passée quelques minutes, elle réussit à nous faire aimer et rentrer dans son univers. Moi qui d’habitude privilégie ma propre playlist passée la phase de découverte (qui peut durer de plusieurs heures à plusieurs jours), je préfère et de loin m’en passer quand j’y joue.

Pour ceux qui ont connu le jeu Casper sur Play Station, l’univers musical s’en rapproche légèrement ainsi que le ton des expressions vocales (tout le monde se souvient du fameux « I can’t do that » du héros, n’est-ce pas ?).

Conclusion

Si vous avez aimé le côté « jeu de survie » de Lost in Blue sur DS, que vous aimez l’humour décalé et avez une patience suffisamment tenace pour enchainer les morts sans perdre l’envie de relancer une partie, alors Don’t Starve est fait pour vous. Pour les autres, essayez et vous verrez, ce n’est pas forcément en lisant un test d’une gameuze chevronnée que vous pourrez vous faire votre propre avis (non je déconne, en fait si, la science infuse est en moi). Disponible sur Steam, il n’est pas rare de le voir occuper le podium des jeux les plus joués. Oui, il n’y a pas que Call of Pigeon dans la vie.

Bonus à venir :

Mes aventures sur Don’t Starve sous forme de BD. Pour vous tenir informé, rendez-vous sur les réseaux sociaux Facebook, Twitter et G+.

MAJ du 25/01/2014

Comme promis, voici la première partie de ma surprise, d’autres sont à venir. Pour plus d’infos, ça se passe toujours sur les réseaux sociaux. N’hésitez pas à me donner votre avis 🙂

Surprise n°1 : Où est Wilson ?

MAJ du 31/01/2014

Surprise n°2 : Les 7 erreurs.

Prochaine surprise d’ici quelques jours, comme toujours, rendez-vous sur les réseau sociaux pour vous tenir informé !

Indice : Cette fois, ça ne sera pas un mini-jeux 😉

MAJ du 08/02/2014

Surprise n°3 : Let’s Play #1 Don’t Starve – Défi n°1 : survivre 15 jours.

Comme le laisse supposer la fin de ma vidéo, d’autres Let’s Play sont en cours de montage. Pour vous faire patienter, une autre surprise arrivera sous peu en début de semaine. Comme toujours, c’est sur les réseaux sociaux que ça passe !

MAJ du 10/02/2014

Surprise n°4 : Wilson et la Terre du Milieu.

MAJ du 15/07/2014 :

Le trailer annonçant la sortie de Don’t Starve : Together, l’extension bandante à souhait est enfin disponible. La sortie est supposée se faire cet été, et je n’en peux plus d’attendre. J’ai tellement envie d’aller troller les malheureux qui croiseront mon chemin en multijoueur en fonçant droit sur eux avec une horde de mobs affamés à mes trousses.

Rendez-vous sur Hellocoton !