Banal Fantasy

banal fantasy

L’air de rien, Internet m’a permis de faire un tas de découverte. Que cela soit Lord of the Dance, Future World Music ou Smooth Mc Groove, je les ai tous connus via Youtube. Cependant, Banal Fantasy fait un peu exception à la règle, puisque c’est une amie qui m’a passé le fichier audio. Me sachant fan de Final Fantasy VII, elle se doutait qu’en me faisant écouter une parodie de ce jeu, il y avait de fortes chances pour que j’accroche. Gagné, dix ans après être tombée dessus, j’en ris encore à me taper le cul par terre.

Banal Fantasy est une œuvre parodique audio crée par Durendal dans les années 2000, et posté sur son site Le démon du rire. À l’origine, ce dernier cherchait avec son ami Junior une activité à faire ensemble en dehors des cours. Connaissant et aimant énormément (dans le cas de Durendal) l’œuvre de John Lang, soit Le Donjon de Naheulbeuk, ils se sont tous deux mis en tête de réaliser leurs propres parodies. Les deux compères travaillent d’abord sur des projets personnels comme Resident Sénile et ses variantes pour Durendal, et Les parodies de Junior ou Alioun pour Junior. Honte à moi, bien que je peux être une grande stalkeuse dans l’âme en plus d’être fan de la saga Résident Evil (sauf si Capcom continue de se torcher le cul), je n’ai jamais pris la peine d’aller écouter leurs travaux antérieurs à Banal Fantasy.

Pour en revenir au sujet principal, Durendal, après une panne sèche niveau inspiration, a enfin le déclic. Et pourquoi ne pas s’attaquer à Final Fantasy VII ? Il écrit alors ce qu’il pense être des saynètes audio se moquant allègrement de certains passages de la saga, avant de réaliser qu’il serait préférable, intéressant, et plus drôle de tout reprendre depuis le début. La saga Banal Fantasy est née.

S’il y en a parmi vous qui ne connaisse pas encore, sachez que la saga reprend l’histoire de Final Fantasy, à la différence près que les personnalités ayant été modifiées, tout devient plus comique. Entre les plans de Tifolle pour violer Crade, ceux de Barette pour cacher sa bite amovible, et enfin ceux de Kissifrotte atteint du complexe d’Œdipe, difficile de ne pas céder au fou rire en écoutant leur péripétie (d’autant plus que le montage est vraiment très bien réalisé, en plus d’être accompagné des musiques tirées du jeu vidéo). Par ailleurs, Durendal se permet de s’introduire dans la parodie en jouant son propre rôle, celui du narrateur sarcastique et un brain sadique sur les bords.

En tout, c’est 46 épisodes qui ont été réalisé en neuf mois (un exploit), mais une suite détournant cette fois le film Final Fantasy : Advent Children a été mis en ligne quelque temps plus tard.

tifolle

Tifolle, dans toute sa perversion splendeur.

Ayant également écouté et aimé Banal Fantasy II (reprenant cette fois l’histoire de Final Fantasy VIII), Banal Fantasy premier du nom reste la parodie qui m’aura le plus marqué. Me faire rire n’est pas forcément une chose difficile en soi, mais me faire pleurer de rire l’est nettement plus. Pourtant, Durendal y est arrivé par son humour certes un peu potache voir graveleux, mais drôle malgré tout.

Le fait qu’il a parodié un jeu que je connaissais par cœur a forcément aidé à ce que j’adhère autant, puisqu’à chaque dialogue j’imaginais les vrais personnages parler avec les voix que Durendal leur a données. Maintenant que j’y pense, sa création m’a tellement marqué qu’il figure dans ma réponse à une question posée par ma fac me demandant de citer une personne issue d’internet ayant réalisé une production audio innovante. Alors oui, son idée reprend celle de François Pérusse ou bien de John Lang, mais il a su se démarquer à sa façon et imposer son humour, et rien que pour ça, il a gagné mon respect.

De ce que j’en sais, Durendal a actuellement repris ses études et espère devenir réalisateur, en parallèle de ces critiques cinéma disponible sur… Sa chaine Youtube (comme le monde est petit…). De ses propres aveux, il n’y aura pas de Banal Fantasy 0, IV ou que sais-je encore. Pourquoi ? Parce que d’autres s’y sont attelés et qu’il estime ne pas avoir à faire sa propre version, celles disponibles étant de très bonnes qualités. De plus, il n’a ni le temps ni l’envie de s’en charger, entre ses activités scolaires, personnelles, et sa vie sociale, on peut comprendre que ça lui demanderait de nouveau énormément d’investissement, quand il a déjà d’autres projets sur le feu. Le métier qu’il vise n’est certainement pas le plus facile, mais pour constater que c’est quelque chose qu’il a dans les tripes autant que moi vis-à-vis de l’écriture, je lui souhaite bonne chance et bon courage.

Bonus :

i want a burrito

 L’ami, où sont mes burritos ?!

Sephiroth

Dans ton cul.

Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Kyosu

    Personnellement, j’ai découvert cette parodie il y a très peu de temps mais j’en avais beaucoup entendu parler depuis assez longtemps. Alors il y a quelques mois, j’ai enfin décidé d’aller y jeter un coup d’œil (ou plutôt d’oreille en l’occurrence).
    Mais bon, malheureusement pendant le chargement j’ai fait la bêtise de souhaiter à voix haute, un malheureux: « Pourvu que ce soit pas un truc à la Perusse, pourvu que ce soit pas un truc à la Peruuusse! » et bingo, au premier abord, ça en avait tout l’air! Alors forcément, ça m’a pas mal refroidi et j’ai arrêté au bout du 4 ème épisode…
    Heureusement, encore quelques mois après, dans un élan de je-ne-sais-pas-trop-quoi-au-juste, j’ai eu l’heureuse inspiration de taper « Banal Fantasy » sur Youtube et j’ai trouvé LA révélation: Banal Fantasy Advent Children Complete. Et là, le choc: j’étais totalement morte de rire devant, et c’est là que je me suis rendu compte que malgré son humour…. heu…. graveleux? (Et non, je n’ai pas de CD, *ahem*)…. j’avais terriblement mal jugée cette saga et finalement, j’ai été contente d’avoir eu la motivation d’écouter la suite du 4 ème épisode pour en finalement en arriver jusqu’au 46 ème.
    Et avec le recul, ça m’a finalement beaucoup fait rire. Comme quoi!

    Alors bon… voir qu’un article lui a été consacré près de 11 ans après, me fait quand même sacrément plaisir (ça prouve que je ne suis pas si à la bourre que ça, en fin de compte!)
    Donc un grand merci pour cet article! (Et en passant, j’adoooore ces gifs! 8DDD)

  • Barette

    Je connais la rédactrice, elle aurait du signer cette article par son nom d’artiste… Tifolle…

  • Barette

    Connaissant la rédactrice de cette article, elle aurait du signer l’article par : Tifolle